Les différences

Le terme 4×4 n’est plus si vendeur, au titre de sa mauvaise image, assez peu méritée, de pollueur incorrigible. Aujourd’hui, on ne vend pas du 4×4, on vend un véhicule à quatre roues motrices.

Et ces quatre roues motrices signifient simplement que chacune des roues reçoivent la puissance du moteur, et sont donc entraînées à chaque coup d’accélérateur. C’est également ce que l’on appelle la transmission intégrale.

Les véhicules à deux roues motrices peuvent être à propulsion (les deux roues arrière sont entraînées), ou à traction (dans ce cas ce sont les roues avant qui reçoivent la puissance du moteur). Le système de traction est le plus courant sur les véhicules de série.

Mais à quoi bon avoir quatre roues motrices me direz-vous ?

Imaginons que vous vous engagiez sur un sentier boueux et que vos roues avant se retrouvent embourbées. Avec une transmission intégrale, les roues arrière continuent de tourner à l’accélération pour vous aider à sortir de ce mauvais pas.

De même, si vous vous trouvez sur un dévers important, il se peut certaines de vos roues ne touchent plus le sol car votre véhicule à levé du nez ou bien au contraire qu’il a plongé. Alors vous pourrez compter sur l’adhérence d’un ou deux pneumatiques, avant ou arrière peu importe, pour relancer la machine.

De façon plus pragmatique, même sans vous aventurer hors des routes, les quatre roues motrices peuvent s’avérer particulièrement efficaces sur routes humides. Sur un sol neigeux par exemple, la transmission intégrale va vous permettre de conserver la maîtrise de votre véhicule. Si le train avant ou le train arrière partent en dérapage, l’autre maintient la puissance pour optimiser l’adhérence au sol.

Vous aimez les 4×4 mais pas forcément le gros 4×4 trop voyant, trop « bling bling », trop onéreux. Savez-vous qu’il existe plusieurs catégories et sous catégories pour ce genre de véhicules ? Je pense au 4×4 classique mais sauriez-vous expliquer ce qu’est un SUV ou encore un Crossover? ou même les différence qu’il y a entre chaque véhicule? Avant tout achat de véhicule il est important d’être bien informé. Je vais donc tout vous expliquer :


Le 4×4

Le vrai 4×4 qu’il soit petit ou grand possède quatre roues motrices.  Et comme c’est un « vrai » 4×4, sa transmission est intégrale et vous n’avez pas la possibilité de changer de mode. C ‘est à dire passer en mode deux roues motrices à l’avant ou à l’arrière comme bon vous semble.

Vous allez me dire, quel intérêt de passer en deux roues motrices ? Cela va vraiment faire du bien à votre porte feuille car la consommation de carburant va diminuer grandement. En effet la puissance du moteur répartie sur 4 roues fait largement augmenter la consommation de carburant, jusqu’à 2 litres/ 100 km selon les modèles de véhicules, leur poids, leur dimension de roue. Quand on voit les prix à la pompe, on comprend vitre l’intérêt de pourvoir changer de mode.

Un 4×4 possède également un système de blocage de différentiel. Le différentiel est un dispositif qui permet de répartir la puissance de façon adaptée sur la rotation des roues. Par exemple, dans un virage, les roues situées à l’extérieur de la courbe doivent tourner plus vite que celles qui se trouvent à l’intérieur. En revanche, si votre 4×4 se retrouve embourbé, bloquer ce différentiel vous assure d’envoyer la même puissance sur tous les arbres de roues. Du coup, les pneus au sec accrochent mieux, et les pneus bloqués patinent moins, et donc s’enfoncent moins.

Un 4×4 digne de ce nom possède également une boîte courte en plus de la boîte classique. Vous avez deux leviers de vitesse sur votre console centrale. La boîte courte permet d’augmenter le régime du couple. Cela est utile en tout-terrain, pour monter les rapports plus rapidement, et prendre plus de vitesse sur une petite distance.

Enfin, ce qui va caractériser un 4×4 sous le châssis, ce sont ses ponts. En effet, le pont arrière guide les axes de roues indépendamment du pont avant. Cette caractéristique assure au 4×4 de toujours garder au moins un ou deux pneumatiques sur le sol, même dans les situations les plus inextricables, et donc de conserver de l’adhérence (le « croisement de pont » est une technique couramment utilisée par les amateurs de tout-terrain).

Les autres véhicules comme les SUV et Crossover, disposent d’une conception sur caisse autoporteuse. Le tout est donc un ensemble rigide qui aura d’avantage tendance à laisser soulever une partie du véhicule, l’empêchant d’accrocher au terrain, et menaçant même d’un tonneau sur place.

Ce chapitre éloquent a mis l’accent sur les quatre caractéristiques essentielles du 4×4 :

  • transmission intégrale permanente
  • blocage de différentiel
  • boîte courte
  • système de ponts

Le SUV

On change de catégorie ou plutôt de segment pour le coup…enfin on peut vite y perdre son latin. C’est pour cela que je vais essayé d’être assez clair. Aujourd’hui, les SUV sont tellement dans l’air du temps (ils représentent 5 % du marché automobile contre moins d’1 % il y a quinze ans[réf. nécessaire]) que tous les constructeurs produisent ou envisagent de produire ce type de véhicule. Les constructeurs français, un peu en retard sur leurs collègues allemands (BMW, Mercedes, VW…), ont récemment dévoilé leurs propres SUV : Citroën avec la C-Crosser, Peugeot avec la 4007 et Renault avec laKoleos puis le Kadjar.

Mercedes_Suv_2015_02Un SUV (abréviation de l’anglais Sport utility vehicle), parfois appelé VUS au Canada francophone (abréviation du terme français canadien véhicule utilitaire sport, traduction littérale du terme originel) est un véhicule de loisirs bicorps, pouvant posséder certaines capacités de roulage hors route ou de remorquage. Au début du xxie siècle, ce type de véhicule est très populaire aux États-Unis, et devient de plus en plus répandu en Europe.

Les SUV sont principalement caractérisés par leur forme bicorps, inspirée des breaks, leur hauteur et leur volume importants. Par rapport aux autres types de véhicules de même taille, l’espace intérieur est souvent très volumineux, et permet aussi bien de transporter des objets assez grands que de voyager en famille, à la manière d’un monospace ou d’un ludospace. Certains SUV, à l’instar de leurs ancêtres tout-terrain, ont des capacités en usage hors-route plus ou moins importantes, et sont parfois dotés de boîte de transfert, d’une gamme de rapports courts, de dispositifs électroniques favorisant la progression en tout-terrain (ex: Land Rover Discovery III). Cependant, les SUV sont majoritairement utilisés sur route. Leur comportement routier se rapproche d’ailleurs de plus en plus de celui des berlines. Certains gros SUV sont également capables de tracter des charges de plusieurs tonnes, dépassant parfois de plus d’une fois leur masse à vide.

Les SUV sont majoritairement des 5-portes, mais il existe aussi des modèles 3-portes, notamment des modèles compacts, très appréciés en ville. De même, la majorité des SUV disposent de 4 roues motrices, notamment les modèles ayant des capacités en hors-route, mais des variantes à deux roues motrices existent également, moins chères, et qui servent de modèles d’accès à la gamme ; ces versions sont au demeurant de plus en plus fréquentes et représentent une part croissante des ventes dans la catégorie des SUV. À l’inverse, les crossovers (détaillés plus bas), ne disposent généralement que de deux roues motrices, une version quatre roues motrices existant parfois en haut de gamme.

Le Crossover

 

 

Le terme « crossover » en automobile est apparu dès la fin des années 19805 en Amérique du Nord pour désigner un mélange des genres (le terme utilisé pour désigner ce type auQuébec est « multi-segments »). Il s’agit à la base d’un véhicule s’inspirant d’un SUV, mais conçu sur une plate-forme de berline. Le terme était ainsi utilisé aux États-Unis pour marquer la distinction par rapport aux SUV traditionnels, conçus, eux, sur un châssis plus grand de type « camionnette ».

On peut considérer que lsmall-crossover-fiat-500xa majorité des SUV compacts du marché européen sont des « crossover » au sens nord-américain. Citons notamment le Nissan X-Trail, dérivé de la Nissan Almera ; le Hyundai Tucson, dérivé de la Hyundai Elantra, etc. Il y a également des gros crossover, tels que le BMW X5, basé sur la BMW Série 5 ; Volvo XC90, basé sur la Volvo S80; leNissan Murano, basé sur la Nissan Altima ; le Lexus RX, basé sur la Toyota Camry, le Subaru Forester, dérivé de la Subaru Impreza, et le Subaru B9 Tribeca, basé sur la Subaru Legacy.

De par leur architecture commune avec les berlines, les crossover ont généralement l’avantage d’avoir un meilleur comportement routier que les SUV, une moindre consommation de carburant, et de coûter moins cher à l’achat. On a constaté aux États-Unis que les clients se tournaient désormais plus volontiers vers ce type de véhicule que vers les SUV traditionnels, vu la forte augmentation du prix de l’essence6.

En Europe, le terme « crossover » n’est réellement utilisé que pour désigner certains SUV dérivés de berline, possédant une allure de break sportif plutôt qu’utilitaire, tels que le Nissan Murano cité précédemment, ou encore l’Audi Q7. Les autres continuant à être désignés sous le nom SUV, sans faire de différence entre les monocoques et châssis à échelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *