La première route solaire est française

Colas, filiale du groupe Bouygues, vient d’entamer la construction de la première « route solaire » en France. Le principe est simple, mais diablement efficace : Poser des cellules photovoltaïques sur les routes et parkings pour combler nos besoins en électricité!

À quoi sert une route lorsqu’aucune voiture ne passe dessus ? À contempler le ciel ? C’est en partant de ce principe que les ingénieurs de Colas, la filiale de travaux routiers du groupe Bouygues, en partenariat avec l’Ines (Institut national de l’énergie solaire), ont mis au point un revêtement de route fait de cellules solaires sous forme de dalles directement collables sur les chaussées existantes.


Après cinq années de recherches notamment sur la résistance au poids des voitures et des camions ainsi que sur l’adhérence, Wattway, le nom du revêtement, a su faire ses preuves et plusieurs brevets ont été déposés. « Les dalles Wattway peuvent s’adapter à tous les types de routes et supporter la circulation de tout type de véhicules, y compris, les poids lourds » explique Hervé Le Bouc, PDG de Colas.

© Joachim Bertrand / COLAS

« Couvrir 2,5 % des surfaces routières assurerait 10 % des besoins énergétiques de la France. Un kilomètre de route équipé produit l’électricité nécessaire pour alimenter l’éclairage public d’une ville de 5000 habitants » continue Herve Bouc. En effet, Wattway vise à produire de l’énergie propre pour l’alimentation des feux rouges et panneaux d’information, des habitations proches de la route, et à terme le rechargement des batteries des véhicules électriques, par induction. Par exemple, 20 min 2 s suffisent à approvisionner pendant un an un foyer hors chauffage et 15 min 2 s alimentent les feux d’un carrefour.

Le PDG de Colas assure que le coût est le même que pour un panneau solaire classique. Déjà plus de 1000 points de vente ont déjà été ouverts en France et la société compte s’exporter à l’étranger, notamment en Amérique du Nord ou encore au Danemark, des pays montrant un fort intérêt pour cette innovation.

Source : Les Echos

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *